Les Gorionnes à Brasménil

Bonjour à tous,

Il y a quelques mois j’ai été contacté par une amie enseignante qui voulait monter un projet avec ses enfants pour venir en aide aux Gorriones. Profitant de mon passage en Belgique je suis passé les voir aujourd’hui pour leur présenter le Pérou, Ayacucho et surtout leur parler de la vie à la casa.

Un pont créé entre 2 groupes de gamins qui grandissent dans des environnements complètement différents, à des milliers de kilomètres de distance mais qui au final ont des centres d’intérêts et des préoccupations bien plus proches qu’on pourrait le penser (les cerfs-volants, les super héros, les motos qui vont vite…) Les enfants vont maintenant réfléchir aux actions qu’ils pourraient mener à leur niveau afin de leur venir en aide. Un échange qui va je l’espère se prolonger tout au long de l’année.

Gil sera en France et en Belgique à partir du 15 janvier avec Ruth Katerina, sa fille adoptive. Le but de sa visite est de créer des contacts, de faire la promotion du projet afin de se rapprocher du budget pour la construction de l’extension de la casa. Si vous connaissez des écoles ou des associations qui pourraient l’accueillir pour présenter son projet faites le moi savoir!

J’en profite pour vous confirmer ce que beaucoup d’entre vous savent déjà: je retourne à Ayacucho dès janvier, et ce pour une durée indéterminée. Mais de tout cela je vous en parlerai en temps voulu!

Besos

Hasta Luego

Les Gorionnes à BrasménilNicolas
1

One comment on "Les Gorionnes à Brasménil"

  1. Des ponts comme toi mon Nico, on en manque dans notre monde individualiste. Merci encore pour tout ce que tu fais.

Laissez un message