La plage d'Anakena, au nord de l'île

La Polynésie Irlandaise

aboutRapa Nui.  Cette petite île de 162 km², perdue au beau milieu de l’océan Pacifique, est plus connue en nos contrées sous le nom d’île de Pâques.  Nom qui lui a été attribué au 18ème siècle par un navigateur européen qui passait par là, le dimanche où Jésus revenait de parmi les morts.  Les Chiliens, qui ont annexé l’île à la fin du 19ème siècle, ont gardé cette appellation par la suite, au grand dam de la population autochtone.

Peuplée d’environ 5000 âmes, cette île mystérieuse ne m’inspirait jusqu’alors que des images de géants de pierre en bord de mer, vestiges d’une civilisation perdue, et dont l’origine inexpliquée continuait de fasciner les scientifiques et historiens de tout bord. Avec comme vague souvenir une illustration du Larousse 87, il m’avait même semblé qu’on prêtait aux Moaïs, le nom donné à ces colosses, des origines extraterrestres.  On est bien loin de la vérité, mais je reviendrai là-dessus plus en détails la semaine prochaine.

Aujourd’hui, c’est de l’île dont je voudrais vous parler.  Arrivés avant le levé du jour de Lima, c’est une chape d’air saturée en humidité qui nous accueille.  On est bel est bien en Polynésie!  Une fois débarqués au camping qui nous servira de camp de base pendant notre séjour, les premières lueurs du jour révèlent un paysage pour le moins inattendu.  Alors qu’on pourrait s’attendre à des kilomètres de plages immaculées bordés de forêts tropicales, ce sont des côtes escarpées fouettées par un vent violent qui se révèlent.  Au loin, des collines verdoyantes peuplées de chevaux en liberté, et quelques vaches qui broutent paisiblement.  En fermant les yeux, le visage fouetté par les embruns, difficile de s’imaginer à plus de 3000km de la côte la plus proche.  Des souvenirs éloignés reviennent à la surface: mai 2006, les îles d’Aran.  Petit archipel au large de Galway,  sur la côte ouest d’une Irlande qui a longtemps été mon pays d’adoption.  Je me revois parcourant en vélo ces routes en tous points semblables, à l’exception de quelques palmiers et des 20 degrés de différences, qui nous rappellent rapidement que l’on est bien sous les tropiques, pas aux portes du grand nord.

Cela fera sans doute sourire quelques personnes cette analogie.  Cela fait maintenant prêt d’un an et demi que j’ai quitté l’île d’émeraude, peut-être faut-il chercher là un brun de nostalgie me faisant voyager dans l’espace-temps.

Mais l’impression d’être de retour dans un décor familier est bel et bien présente, aussi difficilement défendable soit-elle!  Le petit jeu, par la suite, a été de pousser les points de comparaison au-delà de la ressemblance géographique.  Avec des hommes d’apparence rustres et des femmes au caractère en acier trempé, avec un sens de l’accueil et du partage et un humour corrosif à souhait, les jeux des 7 erreurs s’est prolongé tout au long de cette semaine passée en terre Rapa Nui!

Je vous laisse avec ces quelques images, et vous dit à le semaine prochaine pour d’autres récits de ce bout de terre, suspendu au bord du monde…

Les îles d'Aran, au large de Galway (Irlande)

 

PS:  En guise de comparaison, une photo prise sur l’une des îles d’Aran,  il y a de cela 6 ans (déjà!)

 

From Ayacucho, with Love

Nicolas

10

One comment on "La Polynésie Irlandaise"

  1. « Alors que je m’attendais a des kilomètres de plages immaculées bordés de forêts tropicales, ce sont des côtes escarpées fouettées par un vent violent qui se révèlent. Au loin, des collines verdoyantes peuplées de chevaux en liberté, et quelques vaches qui broutent paisiblement.  » A croire que j’ai parle dans le vent toutes ces annees!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>