L’Islande, côté numérique (I)

Deuxième volet de ce reportage islandais en 3 temps. Tout un nuancier de jaune et de bleu, avec de temps en temps une touche de vert qui transperce la nuit, au gré des nuages. Comme je me plais à le raconter, j’ai capturé des aurores boréales sans vraiment avoir eu l’occasion de les voir. Un temps d’exposition d’une vingtaine de seconde permet de rendre des images bien plus flatteuses que celles projetées sur nos rétines. Chasser les aurores, c’est avant tout faire preuve de patience et de persévérance, les éruptions solaires et la météo étant deux facteurs que l’on ne peut pas vraiment maîtriser.  Une belle leçon d’humilité, en quelque sorte. En Islande ou ailleurs, je retenterai je pense bientôt l’expérience. Il y a une part de mysticisme dans cette quête qui m’attire profondément, même s’il est difficile pour moi de l’expliquer.

A très vite pour une dernière série en nuances de gris numérique.

 

L'Islande, côté numérique (I)Nicolas
6

6 comments on "L’Islande, côté numérique (I)"

  1. Tes photos sont grandioses nico, waow !

  2. Belle introduction au voyage pour moi : je pars jeudi prochain ! 😉 Peu de chance malgré tout que je vois des aurores boréales à cette saison… Bises

    • Nicolas on

      Sérieux? C’est clair que c’est une atmosphère différente à cette période de l’année!

  3. Virginie on

    Ça vaut toujours le détour de venir jetter un oeil sur tes clichés!

Laissez un message