Entre nous

Ayant récupéré cette semaine une machine capable de lire mes fichiers pixelisés, j’ai déterré de mon disque dur des photos prises à Noël, juste avant de décoller pour l’Europe. Le 24 décembre, la grande famille de la Casa Hogar los Gorriones se réunissait pour un grand repas, précédé par la distribution de cadeaux à nos amis secrets … Lire la suite

Résolutions

A voir le rythme des publications sur ce blog, on pourrait croire que je ne prends plus le temps de sortir mon appareil photo de son sac molletonné. A mon grand désarrois, ce n’est là que la stricte vérité. Les quelques photos de ce billet rassemblent, à quelques clics prêts, l’ensemble de ma production photographique de ces 4 derniers mois. Le temps, il ne tenait qu’à moi de le prendre. Tout est une question de priorités, mais un photographe qui ne prend plus de photos n’a pour moi aucune légitimité. Travailler pour les Gorriones me prend du temps, beaucoup de temps. Un choix assumé et légitimé part tout ce que cet engagement m’apporte au quotidien.

Malgré que les bonnes résolutions de début d’année soient généralement faites pour ne pas s’en servir, je vais essayer de me remettre dans le bain très rapidement. Depuis maintenant un mois, je suis en vacances en terre natale pour reprendre mon souffle. L’occasion de prendre du recul, de remettre mon cerveau en mode créatif. Les idées fourmillent, l’envie de photographier revient. Pour commencer, je vais enfin terminer ce livre dont je parle depuis plus d’un an, avant de m’attaquer à un projet bien plus ambitieux dont je parlerai en temps voulu.

L’envie est là, à moi de prendre le train en marche.

A très vite!

From Belgium, with Love

Nico

.

PS: Je m’excuse auprès de tout ceux que je n’aurais pas l’occasion croiser avant le 21 février, ce n’est pas faute d’essayer de me multiplier!

Ayacucho, mon amour

Presque 2 mois depuis le dernier billet. Les semaines qui filent et une fin d’année qui approche à grands pas de souris. Sournoisement, sans faire de bruit. Une ville que je n’ai que trop rarement dévoilée, des images aléatoires d’une réalité au combien contrastée, qui n’ont que le sens qu’un chacun voudra leur donner. L’absence d’eau, alors que la saison des pluies s’invite une fois de plus avant l’heure. Des couleurs, des saveurs, des ombres sévères et une lune pris au piège. Une place bien dessinée qui laisse place à des pistes empoussiérées. De la rigueur colonialiste au désordre urbain, passent les larmes de joies. Ce vrombissement lancinant d’une routine qui peine à s’installer. Un beau bordel organisé. A sa manière, unique, sans concession.

Un air de famille

Samedi dernier, toute la famille des Gorriones s’était donné rendez-vous dans un recreo de la banlieue d’Ayacucho, à l’occasion de la fête des mères. Un recreo, pour ceux qui se poseraient la question, c’est un peu un oasis couplé à un restaurant avec une grande plaine de jeux. C’est vers 9h du matin, dans une ambiance déjà festive, que nous avons tous embarqué dans un micro bus loué pour l’occasion. Même le couple de perroquets était de la partie! Une fois sur place c’est direction la piscine pour les moins frileux, avant de se délecter d’un bon cochon d’Inde panné ou d’une truite, au choix.

Les occasions de se retrouver en dehors de la Casa n’étant pas légions, cette journée était avant tout l’occasion de passer un peu de temps ensemble et de décompresser. Entre distribution de cadeaux et jeux coopératifs, tout le monde y à trouver son compte! C’est juste avant de porter un toast à toutes les mamans que tout ce beau petit monde a pris la pause, pour une grande photo de famille qui sera bientôt accrochée au mur de notre nouvelle Casa. Comme dans toutes les familles, tout n’est pas toujours rose, mais des journées comme celle là sont faites pour se retrouver, dans un contexte différent, et se projeter sereinement vers l’avenir. Tous ensemble, on continuera d’avancer. Ce ne sont pas les projets qui manquent, loin de là!

De mon côté, les prochaines semaines vont être placées sous le signe de la découverte, avec la concrétisation de 2 rêves sud-américains qui me trottaient depuis un moment dans la tête. A très bientôt pour 2 nouveaux reportages, entre la perle des Andes et le fin fond du Pacifique…

Et pour finir, une petite vidéo de mes 3 petits diables, bien fatigués à la fin de cette journée. En temps normal, Maria-Jesus serait en train de pousser des cris de contentement et Maria-Antonietta m’aurait dejà mis 2, 3 claques de jalousie. Eberson, quant à lui, reste fidèle à lui-même!

.

.

From Ayacucho, with Love

.Nicolas

.PS: Pour ceux qui voudraient être informés par mail à chaque nouveau billet, rendez-vous dans la colonne de droite pour vous inscrire aux mises à jour de ce site.

PS’: Et tant que j’y suis, le bouclage du bouquin est en bonne voie, mais attendra mon retour sur Ayacucho. On est perfectionniste ou on ne l’est pas!

Feu d’enfant

Après une bonne petite soirée autour du feu, les niños especiales ont bien du mal à tenir la distance. L’occasion de vous présenter une facette bien plus paisible de leur personnalité. Généralement, c’est vers 8h du soir que la plupart rejoigne leur lit. Quand mon emploi du temps me le permet, j’essaie de passer cette dernière heure de la journée en leur compagnie à discuter tranquillement, à les câliner. Loin de l’animation permanente qui règne pendant la journée, ce sont des moments au combien privilégiés qui sont alors partagés . Entre Eberson qui raconte à qui veut bien l’entendre qu’il m’inondera de farine le jour de son anniversaire, qui approche à grands pas, et Maria-Antonietta qui rêve en permanence d’un bon plat de frites, les discussions vont bon train. Avant que les paupières ne se fassent lourdes. Avant que les premiers bâillements n’annoncent qu’il est grand temps de rentrer sous les couvertures. Avant qu’une nouvelle journée bien remplie ne pointe le bout de son nez…

From Ayacucho, With love

La semaine sainte: Episode 2

Comme chaque année à la même époque, Ayacucho la tranquille revêt ses habits de lumière lors de la semaine pascale. Les pèlerins débarquent du monde entier pour vivre la dernière semaine de Jésus parmi les mortels, au rythme des processions qui s’enchaînent du dimanche des rameaux au dimanche de Pâques. L’année dernière, je n’avais pas … Lire la suite